Alimentation artificielle des nouveau-nés

Apprendre à faire un sondage gastrique

Un chaton pèse entre 80 et 120 g à la naissance et il double normalement son poids de naissance en 2 semaines. Un chaton dont le poids stagne ou décroît pendant 2 à 3 jours doit impérativement être nourri artificiellement, même si la mère l’allaite. Sinon il risque de décéder rapidement à cause de l’hypoglycémie et de la déshydratation.
Malgré la réticence de certains à nourrir à la sonde, cette technique est facile à mettre en oeuvre. Au début, pour se mettre en confiance, il est conseillé d’apprendre à pratiquer les bons gestes en présence de son vétérinaire. La maîtrise de ce mode d’alimentation permettra peut-être de sauver la vie de certains chatons.

L’alimentation au biberon est à privilégier en première intention mais cette technique est très chronophage et peu pratique car il est difficile de contrôler la prise réelle de lait au biberon par les chatons nouveau-nés. Lorsqu’ils sont faibles, ils absorbent en réalité très peu de liquide. Le sondage gastrique permet d’aller beaucoup plus vite et de garantir l’ingestion de la quantité de lait optimale.

Indications de l’alimentation à la sonde

Le sondage est un atout majeur de la survie des chatons quand l’alimentation au biberon ne permet pas d’obtenir un gain de poids suffisant.

L’alimentation à la sonde s’impose évidemment pour les chatons qui n’ont pas la force de téter. Sinon, il est toujours recommandé de commencer par biberonner un chaton pendant quelques minutes : la tétée favorise la motricité digestive et la distension gastrique. Le sondage doit cependant prendre le relais quand la succion du chaton est inefficace.

La durée de l’alimentation est un point crucial à envisager lorsque toute la portée doit être allaitée artificiellement (chatons orphelins ou problème de lactation chez la mère). Il faut 5 à 10 minutes pour nourrir une portée de 5 chatons à la sonde, contre 30 à 40 minutes au biberon !

Préparation du matériel
Choix de la sonde

Demandez à votre vétérinaire de vous fournir une sonde souple en caoutchouc ou en plastique (diamètre : 6 à 8 Fr). Si la sonde est de trop petite taille, on risque plus facilement de l’introduire dans la trachée au lieu de l’oesophage.

La longueur optimale de la sonde correspond à la distance entre la pointe du museau du chaton et la dernière côte. L’extrémité de la sonde doit en effet être placée à la fin de l’oesophage et non dans l’estomac lui-même. Cela favorise le réflexe de déglutition et limite le traumatisme répété du sphincter situé à l’entrée de l’estomac, le cardia.

La sonde est d’abord mesurée sur le corps du chaton avant le sondage. Il suffit de tracer un repère qui permettra de savoir quand arrêter d’enfoncer la sonde. Si l’alimentation à la sonde doit durer longtemps, il faut réévaluer la taille de la sonde en fonction de la croissance du chaton.

Choix de la seringue d’injection du lait

Une seringue de 5 à 10 ml est idéale pour éviter d’injecter le lait trop rapidement. Un peu d’air sera laissé en bout de seringue afin de permettre une vidange de la sonde à la fin du sondage, avant de la retirer.

Réhydratation du lait maternisé

Le lait maternisé est préparé comme pour un biberon : attention de bien respecter les conseils de dilution du fabricant : trop d’eau réduit la concentration énergétique du lait, trop de poudre favorise l’apparition d’une diarrhée. La température du lait doit être contrôlée avant administration (30 à 35 °C). On ne doit pas sentir de sensation de froid ou de chaud en déposant quelques gouttes de lait sur la peau de notre avant-bras.

Technique d’alimentation à la sonde

• Mieux vaut vous asseoir pour alimenter un chaton à la sonde. Tenez le nouveau-né dans une main par le corps et la tête, en position de semi extension, les pattes vers le sol, reposant sur vos jambes. Si le chaton peut pétrir un tissu avec les antérieurs en même temps, c’est mieux.

• Ouvrez la gueule avec l’index, puis introduisez la sonde doucement mais rapidement dans l’oesophage, en maintenant l’orientation sur le côté. Il est fréquent d’observer le nouveau- né déglutir la sonde. Maintenez la sonde à bonne distance, en vous faisant éventuellement aider. Il est fréquent que le chaton s’agite pendant la mise en place de la sonde mais il se calme durant la prise de lait.

• Injectez le lait doucement et lentement, en 30 secondes à 1 minute selon la quantité nécessaire. Il est facile d’observer le nouveau- né déglutir pendant l’allaitement. Videz la sonde en injectant le peu d’air qui restait dans la seringue puis retirez-la rapidement.

• Maintenez ensuite le nouveau-né 30 secondes la tête en l’air pour limiter le risque de régurgitation. Massez délicatement l’abdomen dans le sens des aiguilles d’une montre pour faciliter le transit. Si la mère ne s’occupe pas de la portée, les mictions et la défécation doivent être régulièrement stimulées pendant les 15 premiers jours de vie, en massant la région périnéale avec un coton humide.

Quantité de lait à administrer

Le rationnement se calcule en fonction du poids des chatons. Il est donc nécessaire de les peser quotidiennement pour adapter les apports à leurs besoins. Il faut environ 3 ml de lait pour qu’un chaton gagne 1 g et en allaitement naturel, un chaton prend 10-15 g par jour.

Un chaton allaité artificiellement boit globalement 20 à 30 % de son poids par jour, selon la concentration énergétique du lait maternisé. Comme un nouveau-né a un transit digestif lent et une vascularisation digestive faible par rapport à un adulte, il faut éviter la suralimentation pour ne pas provoquer de diarrhée ou de rétention gastrique.

Contre-indications au sondage gastrique

Comme pour l’alimentation au biberon, le sondage ne doit jamais être effectué sur un chaton en hypothermie (< 35,6 °C) car l’absence de motilité gastrique risque alors d’être fatale au nouveau-né. Si l’estomac ne peut pas se vidanger normalement, l’alimentation forcée entraîne une distension gastrique et une douleur abdominale. Régurgitation et pneumonie par fausse route sont alors très fréquentes. Il ne faut pas non plus tenter de nourrir à la sonde un chaton qui ne présente aucun réflexe de déglutition.

Les volumes à injecter à chaque fois sont plus faibles qu’avec un biberon, surtout au début de l’allaitement. Durant les 2 premiers jours, 2-3 ml par repas sont généralement suffisants, puis le volume est augmenté à 5 ml pour 100 g et les quantités s’élèvent ensuite tous les jours d'environ 1 ml par repas. Progressivement, on peut ainsi passer à 12-13 ml / 100 g la 1re semaine puis 14 ml / 100 g la 2e semaine et 18 ml / 100 g au cours de la 3e semaine.

Rythme d’alimentation

En médecine humaine, on mesure la glycémie pour savoir à quel moment il est opportun de réalimenter. Cela est cependant difficile à envisager chez un chaton nouveau-né !

L’alimentation à la sonde nécessite au début de ne pas dépasser un intervalle de 2 heures entre chaque administration, surtout lorsque les chatons présentent des signes de dépérissement. Ce rythme peut assez vite passer à toutes les 3 heures au cours de la 1re semaine. Les administrations doivent cependant être moins espacées qu’au biberon ; le rythme conseillé est de 7 administrations pendant la 1re semaine, puis 6 (2e), 5 (3e) et enfin 4 à la 4e semaine. Après le repas, l’abdomen peut être tendu mais non distendu.

Lorsqu’un chaton nouveau-né est dans un état critique et que même l’alimentation à la sonde n’est pas praticable, il faut demander en urgence au vétérinaire d’intervenir. La seule façon d’apporter de l’énergie au chaton sera de le perfuser. La perfusion peut être réalisée par voie sous-cutanée (mais c’est souvent insuffisant lors de dépérissement aigu), soit par voie veineuse quand une veine est accessible, soit par voie osseuse, directement dans la moelle osseuse du fémur. Cette option se pratique dans le contexte de soins pédiatriques intensifs.

Mai 2014, 77 lectures Chats / Elevage / Reproduction
Buena Media Plus pour Eleveurs-Online.com