Chercher une race

Chat insuffisant rénal

Ne le laissez pas s'anémier

Magazine Pharmanimal N°38 - Mai/Juin 2012
copyright: © Ermolaev Alexandr - Fotolia.com
L’érythropoïétine est indispensable à la production des globules rouges. Cette hormone est plus connue sous le nom d’EPO, à cause de son utilisation comme produit dopant ! Chez les chats insuffisants rénaux, la production d’EPO a tendance à chuter ; jusqu’à deux tiers des chats âgés insuffisants rénaux seraient anémiés. C’est un phénomène trop souvent négligé chez un chat âgé.

Les chats vivent de plus en plus vieux et les maladies qui évoluent surtout chez les animaux âgés sont donc logiquement de plus en plus fréquentes. l’insuffisance rénale chronique (IRC) en est un bon exemple : environ 2 % de la population féline était atteinte d’IRC dans les années 1990 mais elle concernait 11 à 20 % des chats dans les années 2000. Aujourd’hui, l’IRC touche près de 27 % des chats de plus de 10 ans et 30 à 50 % des chats de plus de 15 ans. C’est une des principales causes de mortalité féline.

Conséquences générales de l’insuffisance rénale chronique

On connaît les conséquences classiques d’une dégradation du fonctionnement rénal : les reins perdent progressivement leur capacité à filtrer correctement le sang et à réabsorber l’eau à partir de l’urine. Résultat : les toxines s’accumulent dans le sang, l’élimination urinaire augmente et, même si le chat boit plus pour compenser, il a tendance à se déshydrater. l'IRC est également associée à une hypertension artérielle dans 28 % des cas. Ce que l’on sait moins c’est que l’IRC est aussi responsable de l’apparition d’une anémie.

Les globules rouges servent de véhicule pour apporter l’oxygène aux différents tissus. Si leur nombre chute, les organes ne sont plus suffisamment approvisionnés. L’organisme s’affaiblit et l’espérance de vie de l’animal diminue. Il faut savoir que, bien nourri et bien traité, un chat âgé peut très bien arriver à compenser son insuffisance rénale et mourir d’autre chose ! En revanche, si on laisse l’anémie se développer, un chat insuffisant rénal a en moyenne 3,5 fois plus de risques de mourir de son insuffisance rénale.
Origine de l’anémie

Chez un chat, le nombre normal de globules rouges varie entre 5 et 10 millions par ml de sang ! l’anémie est une conséquence fréquente des maladies rénales chroniques chez tous les mammifères. Elle est surtout due à la baisse de production d’érythropoïétine (EPO), une hormone produite par les reins. la diminution de la synthèse devient sensible quand deux tiers des reins sont affectés par la maladie. C’est à ce stade qu’apparaissent d’ailleurs l’ensemble des symptômes d’IRC.

L’anémie peut aussi être facilitée par une carence en fer. Normalement les chats sont peu menacés par cette carence grâce à leur régime carnivore (la viande est riche en fer), mais un déficit peut apparaître quand le chat ne mange plus assez pour couvrir ses besoins. A cause des toxines, comme l’urée, qui s’accumulent dans le sang lors d’IRC, l’appétit du chat diminue. En conséquence, il maigrit et des carences nutritionnelles peuvent se développer.

Symptômes d’anémie

Une anémie se manifeste par plusieurs symptômes :
• le chat mange moins et maigrit
• les muqueuses se décolorent, le phénomène étant surtout repérable au niveau des gencives et des paupières
• le chat adapte son activité physique à son état de faiblesse : il reste de plus en plus immobile et son temps de sommeil augmente considérablement. Ces différents signes s’installent progressivement et n’inquiètent généralement pas les propriétaires des chats qui attribuent le changement de comportement de leur animal à l’effet normal du vieillissement. l’anémie fait pourtant partie des signes précoces d’insuffisance rénale chronique. Quand les signes ci-dessus sont associés avec une augmentation de l’abreuvement et du volume urinaire, des vomissements fréquents et un pelage terne, il faut très rapidement consulter le vétérinaire. A ce stade, l’IRC risque cependant d’être déjà très avancée.

Plusieurs traitements disponibles

Les traitements pour traiter l’anémie ainsi que les signes généraux d’IRC chez un chat âgé sont aujourd’hui en pleine expansion. Il suffit parfois d’une modification de l’alimentation et d’une éventuelle supplémentation en fer pour observer une amélioration de l’état de santé du chat.

L’anémie peut aussi être freinée grâce à une prescription de substances protectrices de l’estomac et de l’intestin (« pansement digestif »). Un animal souffrant d’IRC souffre en effet fréquemment de multiples petites hémorragies digestives qui aggravent la perte de globules rouges. Dans les cas graves, il est parfois possible d’administrer de l’EPO sous une forme particulière afin de stimuler directement la production de globules rouges par la moelle osseuse. Enfin il arrive qu’une transfusion sanguine puisse être pratiquée chez un chat ayant atteint un stade critique.

Conclusion

la prudence préconise de faire faire un bilan de santé annuel à tous les chats qui dépassent l’âge de 7-8 ans. Une anémie peut être diagnostiquée avant qu’elle ne devienne apparente chez le chat grâce à une mesure du taux de globules rouges et de l’hémoglobine sanguine. Quant au fonctionnement rénal général, il sera aussi mieux suivi par des analyses urinaires et sanguines régulières. C’est le bien-être du chat qui est en jeu.


Mars 2014, 4650 lectures Chats / Santé
Pascale Pibot pour Pharmanimal N°38 - Mai/Juin 2012