Chercher une race

Clôture électrique pour chiens

une solution de dernier recours

Magazine Pharmanimal N°39 - Juillet/Août 2012
Les chiens de chasse sont connus pour leur esprit aventureux : ils demandent rarement l’autorisation à leur maître pour partir joyeusement explorer leur environnement en solo, nez à terre à la recherche de pistes intéressantes. Ils ne sont cependant pas les seuls. Faites-vous partie des maîtres fatigués de devoir en permanence surveiller leur chien pour éviter qu’il ne s’échappe du jardin et ne fugue ?

Si oui ne désespérez pas : il existe aujourd’hui d’autres solutions que de devoir, la tristesse au coeur, attacher ou enfermer un animal trop indépendant. Les clôtures électriques pour chiens peuvent être très utiles pour limiter le territoire de son animal. Plusieurs modèles sont aujourd’hui commercialisés.

Ne pas sous-estimer les dangers liés aux fugues

Un chien qui fugue risque d’entraîner des ennuis parfois sérieux à son propriétaire. Si le chien vit à proximité d’un axe routier, il peut évidemment heurter un véhicule et occasionner un accident grave.

Il est interdit de laisser divaguer un animal sans surveillance. Ce sont les maires des communes qui prennent les dispositions propres à empêcher la divagation des animaux de compagnie (article L 211-22 du Code rural). Le propriétaire peut être condamné à payer une amende allant jusqu’à 150 euros. Si le propriétaire n’est pas retrouvé, le chien sera remis à la fourrière. Le gestionnaire de la fourrière recherche alors le propriétaire grâce au numéro de tatouage ou de puce électronique que tout chien doit obligatoirement porter. S'il n'a pas réclamé l'animal dans un délai de 8 jours, le gestionnaire de la fourrière peut remettre le chien à un refuge ou, après avis d'un vétérinaire, le faire euthanasier.

Moins dramatique mais très gênant pour le propriétaire, les chiens de chasse en maraude font souvent des prélèvements clandestins dans les poulaillers alentour, s’ils arrivent à y pénétrer. Les relations de bon voisinage ont alors tendance à se dégrader rapidement… Très peu de chiens mâles entiers savent résister à l’appel des hormones : les effluves d’une chienne en chaleur sont généralement irrésistibles pour eux et le propriétaire de la femelle saillie ainsi « illégalement » apprécie peu de devoir faire avorter sa chienne.

Enfin, les chiens de race font parfois l’objet de convoitises et il arrive qu’ils soient kidnappés par des gens sans scrupules.

Clôture électrique pour chiens : comment ça marche ?

Le système repose sur 3 éléments principaux.
• Un boîtier émetteur d’un signal radio est fixé à l’intérieur de l’habitation.
• Le territoire autorisé au chien est délimité par un fil métallique qui peut être fixé à une clôture existante ou enterré dans le sol, au maximum à 3 cm de profondeur. Les câbles fournis mesurent en général 200 m de long mais il est possible d’acheter des bobines de fil supplémentaires pour délimiter les grandes propriétés.
• Le chien porte un collier muni d’un récepteur qui capte le signal renvoyé par le fil et réagit en fonction de la distance à laquelle se trouve le chien par rapport à la clôture. Le boîtier récepteur est relativement petit (5 cm de long environ) et l’ensemble collier/récepteur ne pèse pas plus de 70 g dans la plupart des modèles. Ce système peut donc convenir même à des chiens de petite taille. Les colliers doivent régulièrement être rechargés, soit sur le secteur, soit en changeant les piles.

Bien surveiller le chien au début

Il est indispensable d’être présent pour observer les réactions du chien lors de la mise en route du système, pour éviter des stress inutiles qui risqueraient de traumatiser l’animal. Les niveaux des stimulations sonores et électriques ainsi que les distances d’alerte sont réglables en fonction de la sensibilité du chien et des contraintes liées à l’environnement. Ces distances varient de quelques dizaines de cm à plusieurs mètres.

Certains modèles de clôtures électriques offrent des avantages particuliers : collier étanche en cas d’immersion dans l’eau, indicateurs de rupture de fil (si le fil enfoui est cassé, une alarme retentit, accompagnée éventuellement d’une alarme visuelle). La vitesse du chien est prise en compte : plus le chien arrive rapidement vers la clôture, plus le niveau d'intensité du choc est élevé…

Dès qu’il s'approche de la limite à ne pas franchir, le chien est d’abord averti par un bip sonore. S'il continue d'avancer, il reçoit un léger choc électrique qui le dissuade d’aller plus loin. Si le chien continue à avancer dans la mauvaise direction, le boîtier émet des chocs plus intenses jusqu'à ce que le chien revienne en arrière. (S’ils sont chacun équipé d’un collier, plusieurs chiens peuvent être contrôlés par le même boîtier. )

Il faut bien observer les réactions du chien : s’il paraît très effrayé, mieux vaut baisser l’intensité des signaux envoyés. Ces systèmes de clôtures sont en général vendus avec des fanions qui permettent de visualiser les limites à ne pas dépasser. Il est important que le chien puisse s’appuyer sur ces repères visuels pour ne pas s’exposer à des punitions inutiles.

Avec le temps, il saura exactement où il a le droit d’aller et les fanions pourront alors être enlevés.

Conclusion

L’éducation du chien pendant le jeune âge reste la base de l’obéissance. Mieux vaut éviter de devoir utiliser des appareils « punitifs » quand ce n’est pas nécessaire, une mauvaise utilisation pouvant parfois gravement perturber le comportement du chien. Ce type d’équipements est donc à réserver aux situations où l’on n'a plus le choix, lorsque le chien fugue à répétition et que rien ne semble vouloir le dissuader de recommencer…


Mars 2014, 3527 lectures Chiens / Conseils
Pascale Pibot pour Pharmanimal N°39 - Juillet/Août 2012