Contact

  • Votre élevage n'est pas référencé ?
    Cliquez ici
  • Newsletter
    Fermer
    Chercher une race

    Pelage blanc du chien

    Comment le garder intact ?

    Magazine Pharmanimal N°38 - Mai/Juin 2012
    Les lessives qui lavent plus blanc que blanc, c’est un slogan déjà ancien, les aliments ou les produits d’hygiène pour chiens blancs, ça surprend un peu plus. Marketing ou réelles avancées à prendre en considération ?

    Les propriétaires de chiens blancs le savent bien : il est très difficile d’empêcher que des reflets ou des sillons jaunâtres à rougeâtres se développent sur le pelage de ces chiens au cours de leur vie, même si vous les lavez régulièrement. Sachez que la couleur peut malheureusement évoluer même si vous vous occupez très attentivement de votre chien.

    Est-il vraiment blanc ?!

    Un poil paraît blanc parce qu’il ne contient pas de pigments qui colorent normalement le pelage. la tige du poil renferme de l’air qui la rend translucide. C’est le même phénomène pour la neige, où l’air est enfermé entre des cristaux de glace.


    Il faut savoir faire la différence entre un chien vraiment blanc (ex : Bichon maltais ou frisé, coton de Tuléar…) et un chien dont la robe est si claire qu’elle peut paraître blanche, comme celle de certains Golden retrievers dont on dit qu’ils sont « sable platine ». les premiers sont porteurs du gène W (pour white) tandis que les seconds possèdent certains gènes qui tendent à masquer leur vraie couleur.

    l’albinisme total, avec les yeux rouges, est exceptionnel chez le chien. Un albinisme partiel (avec les yeux bleus) est cependant parfois observé dans certaines races, comme le Dobermann.


    Quelques races de chiens « blancs »
    Le samoyède, le coton de Tuléar ainsi que les bichons frisé et maltais sont génétiquement blancs. Il faut même que le blanc soit le plus pur possible pour qu’ils soient primés dans les concours. D’autres chiens ne sont blancs qu’en apparence. Chez le Westie par exemple, la couleur initiale est fauve ! La teinte est extrêmement diluée mais le pelage peut quand même naturellement paraître un peu jaune, surtout au niveau du dos : on dit alors que le chien est « biscuité ». Aucun shampooing ne permettra de blanchir complètement le poil ! Les chiens qui présentent des taches ou le bout des oreilles foncées (montagne des Pyrénées, dogue argentin…) ne sont pas génétiquement blancs, ils sont simplement porteurs d’une panachure envahissante.
    Nettoyez fréquemment les régions susceptibles de se colorer

    Avec le temps, les sécrétions oculaires, nasales, la salive et les salissures ont tendance à colorer les poils de manière définitive. C’est vrai chez tous les chiens mais c’est particulièrement inesthétique chez les chiens blancs. Sans prétendre empêcher complètement l’apparition de ces marques, il est quand même conseillé de nettoyer les yeux et les moustaches tous les jours, de préférence après les repas. Le nettoyage de l’extrémité des pattes est également le bienvenu au retour des promenades.

    Autour des yeux, une solution de dacryosérum (à base d’acide borique) donne de bons résultats. D’autres lotions oculaires ont aussi fait leurs preuves. Utilisez une compresse pour l’application plutôt que du coton qui laisse des filaments sur les cils. L’acide borique est également disponible en poudre : il peut être utilisé à sec, en frottant doucement les poils entre le pouce et l’index mais en faisant attention de ne surtout pas en envoyer dans les yeux.

    Méfiez vous de l’eau oxygénée dont l’action oxydante peut facilement irriter les yeux.

    Si les poils sont vraiment difficiles à décolorer, mieux vaut encore les couper. Faites-le avec des ciseaux à bout rond et une lame courte pour éviter de blesser votre chien. En dehors de la face, vous pouvez aussi couper un peu les poils entre les coussinets plantaires ainsi qu’autour du fourreau ou de la vulve, pour éviter la pigmentation des poils par l’urine ; attention à ne pas couper trop ras dans cette région, surtout chez le mâle, sinon le chien aura tendance à se lécher excessivement et cela risque d’entraîner une inflammation locale.
    Les shampooings et les produits « blanchissants »

    Un chien blanc a évidemment besoin d’être lavé plus souvent qu’un autre. Afin de préserver l'éclat et la beauté de son pelage, il faut bien sûr choisir un shampooing qui n’entraîne aucune irritation même en cas d’utilisation fréquente. Il lui faut un shampooing spécialement formulé pour nos compagnons canins.

    Qu’est-ce qui caractérise un shampooing « spécial chien blanc » ? La concentration en agent lavant est souvent plus élevée dans ce type de shampoing que dans les autres pour venir à bout des salissures. Ce type de shampooing devrait aussi contenir des agents protecteurs du pelage (glycérine, aloé véra, etc.), pour prendre soin de la gaine de sébum qui entoure le poil. Si on élimine cette pellicule naturelle, le poil perd sa brillance.

    Grâce à son expérience des expositions où il faut que les chiens soient impeccables pour être présentés, l’éleveur à qui vous avez acheté votre chien (ou le club de race) pourra certainement vous donner plein d’astuces pour garder votre chien le plus blanc possible. Les recettes ne manquent pas, même si certains éleveurs sont parfois réticents à divulguer leurs « trucs ». Sans trahir de secrets, certains font des shampooings secs à la poudre de riz ou frottent le pelage avec de la fécule de pomme de terre avant de le brosser, d’autres utilisent de la craie pulvérisée (attention à ne pas dessécher la peau en l’utilisant trop souvent)…

    Le rôle de l’alimentation

    Les pigments qui colorent les poils s’appellent les mélanines. L’organisme les fabrique à partir d’éléments puisés dans les protéines. Depuis quelques années, on sait qu’augmenter le taux de certains acides aminés (ex : la tyrosine) dans l’alimentation permet d’obtenir une couleur plus intense chez les chiens noirs. A l’inverse, il n’est pas conseillé du tout de priver un chien de protéines pour qu’il devienne plus blanc ! S’il n’en consomme pas suffisamment, sa santé (et son pelage) se dégraderont très rapidement.

    Les vaccinations chez les chiens blancs
    Un vaccin entraîne parfois une réaction cutanée qui modifie durablement la couleur du pelage à l’endroit de l’injection. Chez les chiens blancs, il est souvent préconisé de ne pas vacciner en même temps contre la rage et contre d’autres maladies. Mieux vaut séparer les deux injections d’un mois environ.

    L’alimentation peut cependant jouer un rôle via la flore bactérienne qu’elle favorise dans le tube digestif. Il est en effet possible que la prolifération de certaines bactéries entraîne la production de composés susceptibles de passer dans le sang et d’induire une coloration rougeâtre du pelage. Le phénomène pourrait aussi être entretenu par le léchage, lorsque la salive contient les mêmes composés. Un mauvais équilibre de la flore digestive est parfois incriminé dans des cas de pigmentation anormale du pelage. L’administration de probiotiques (bactéries qui régularisent la flore, comme celles des yaourts), de levures ou d’autres nutriments actifs sur la flore pourrait alors améliorer la situation.

    Attention aux allergies

    Bien souvent, les chiens blancs changent de couleur parce qu’ils souffrent d’inflammation cutanée. C’est la réaction inflammatoire et le grattage qui modifient la pigmentation de la peau et du pelage. De nombreuses races sont prédisposées à souffrir de problèmes allergiques et tout ce qui peut les soulager (prévention des parasites externes, alimentation hypoallergénique, absence de produit irritant dans leur environnement, etc.) contribue à maintenir la qualité et la couleur initiale du pelage.

    Conclusion

    Si vous ne pouvez pas influencer la génétique, vous pouvez contrôler l’hygiène, la qualité de l’alimentation et les soins vétérinaires que votre chien reçoit. Sachez cependant qu’il existe d’autres facteurs qui peuvent influencer la couleur du pelage : l’âge, la chaleur, l’humidité, l’exposition au soleil, les produits chimiques avec lesquels votre chien entre en contact… Ne vous alarmez pas trop et veillez surtout à le garder en bonne santé !


    Mars 2014, 26422 lectures Chiens / Hygiène
    Pascale Pibot pour Pharmanimal N°38 - Mai/Juin 2012