Chien D'artois - Standard de race FCI 28

Chien D'artois - Standard de race FCI 28
© Shutterstock

Standard de race du Chien D'artois - Standard FCI N°28

Origine : France.
Date de publication du standard officiel en vigueur : 24.07.1996.

Utilisation

Le chien d’Artois est un briquet surtout utilisé de nos jours à la chasse à tir. C’est un rapprocheur, travaillant avec application dans les défauts, et sa vitesse est moyenne mais soutenue.

  • En plaine : Vu la finesse de son nez, il est capable de déjouer les ruses d’un lièvre.
  • Au bois : Avec ses incontestables qualités de chasseur, dans les futaies claires et bien percées, il conduit à merveille un chevreuil.
  • Au fourré : Son intrépidité et sa bravoure font qu’il peut débusquer un sanglier même récalcitrant.
  • De plus : C’est un animal rustique, doté d’une merveilleuse gorge entraînante, d’une voix haute qui se fait entendre de loin.

Six à huit chiens d’Artois tricolores, bien uniformes, constituent un petit équipage susceptible de faire plaisir à un maître d’équipage des plus exigeants.

Classification fci

Groupe 6 Chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées.
Section 1.2 Chiens courants de taille moyenne.
Avec épreuve de travail.

Bref apercu historique

Cette race, appelée autrefois chien picard, était fort appréciée et très recherchée dans l’ancienne vénerie aux temps d’Henri IV et de Louis XIII. Sélincourt en faisait déjà grand cas, s’étonnant et s’émerveillant de voir ces chiens rapprochant un lièvre passé d’une heure par temps sec. Le Couteulx de Canteleu, dans Manuel de Vénerie Française (1890), parle également avec éloge du chien d’Artois. Il rapporte que la race artésienne de son temps était métissée et difficile à trouver pure mais, malgré cela, elle restait encore une des meilleures races pour la chasse au lièvre.

Il a pris soin, d’ailleurs, de placer des représentant de la race dans le grand chenil du Jardin d’Acclimatation pour qu’elle soit connue du grand public. A la fin du XIXe et tout au début de notre siècle, M. Levoir en Picardie a tenté le rétablissement de l’ancien type d’Artois sans vraiment y parvenir. Pendant cette période et jusqu’au début de la première guerre mondiale, c’est un autre éleveur picard, M.Mallard, qui dominait l’élevage de la race. Mais s’il produisait de très jolis chiens, comme en témoignent ses nombreuses récompenses en exposition canine, ils n’étaient pas toujours dans un type conforme à la description donnée par les anciens auteurs. Après la deuxième guerre mondiale, on a cru que le chien d’Artois faisait partie des races perdues à jamais. Mais M. Audréchy, de Buigny les Gamaches dans la Somme, s’est fixé comme tâche au début des années 1970 de reconstituer le cheptel. C’est grâce à ses efforts et à ceux de Mme Pilat que cette race retrouve sa place parmi les chiens courants.

Aspect general

Chien bien charpenté, musclé et pas trop long, donnant une impression de force et d’énergie.

Proportions importantes

  • Taille / Longueur du corps entre 10 :10 et 10 :11
  • Hauteur de la poitrine / Taille env. 1 :2
  • Largeur du crâne / Longueur de la tête env. 5 :9
  • Longueur du chanfrein / Longueur du crâne env. 8 :10

Comportement / caractere

Chien vigoureux et rustique, très fin de nez, ralliant bien la meute, équilibré et affectueux.

Tete

Region cranienne

Crâne

Fort, large, assez court, arrondi et aplati à sa partie supérieure mais avec la protubérance occipitale peu prononcée.

Stop

Accentué.

Region faciale

Truffe

Noire, forte, aux narines bien ouvertes.

Museau

Chanfrein droit et, vu de profil, modérément allongé.

Lèvres

La lèvre supérieure recouvre largement la lèvre inférieure et doit être assez importante pour donner une forme carrée à l’extrémité du museau, vu de profil.

Mâchoires/dents

Denture en ciseaux, les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées bien d’équerre par rapport aux mâchoires.

Joues

Sèches.

Yeux

Par rapport à la largeur du front, les yeux ne sont pas très rapprochés ; ils sont ronds, à fleur de tête, l’air mélancolique et doux ; de couleur brun foncé. Les muqueuses des paupières inférieures ne doivent pas être apparentes.

Oreilles

Attachées à la hauteur de la ligne de l’œil, un peu épaisses, larges, à l’extrémité ronde, presque plates et assez longues, atteignant la naissance de la truffe.

Cou

Moyennement long, puissant ; très peu de fanon.

Corps

Dos

Large et bien soutenu.

Rein

Légèrement harpé.

Croupe

Les hanches donnent une légère inclinaison à la croupe, qui est bien musclée.

Poitrine

Large et longue, assez descendue pour que la ligne sternale arrive au niveau des coudes. Côtes bien cintrées.

Ligne du dessous et ventre

Flancs pleins.

Queue

Forte, assez longue, épiée (ou espièe) et portée en faucille, ne retombant jamais vers l’avant.

Membres

Membres anterieurs

Vue d’ensemble

Les membres antérieurs sont forts et d’aplomb.

Epaules

Obliques et musclées.

Coudes

Bien dans l’axe du corps.

Métacarpes

Légèrement obliques.

Pieds antérieurs

Légèrement allongés, forts mais suffisamment serrés ; les coussinets sont noirs, résistants et compacts.

Membres posterieurs

Vue d’ensemble

Vue de derrière, la pointe de la fesse, le milieu de la jambe, le jarret, le métatarse et le pied se retrouvent sur la même ligne verticale.

Cuisses

Descendues et bien musclées.

Jarrets

Forts et modérément coudés.

Métatarses

Courts et forts.

Pieds postérieurs

Légèrement allongés, forts mais suffisamment serrés ; les coussinets sont noirs, résistants et compacts.

Allures

Régulières et faciles.

Peau

Assez épaisse.

Robe

Qualité du poil

Court, épais et assez plat.

Couleur du poil

Tricolore fauve foncé, tirant sur le poil de lièvre ou de blaireau, avec manteau ou grandes taches, la tête habituellement fauve, quelquefois charbonnée.

Taille et poids

Hauteur au garrot

Mâles et femelles 53 à 58 cm.

Avec tolérance de 1 cm.

Poids

En moyenne, 28 à 30 kg.

Defauts

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien.

Tête

  • Crâne étroit, en forme de dôme.
  • Museau trop pointu.
  • Lèvre supérieure insuffisamment descendue et serrée.
  • Oeil légèrement clair, conjonctive apparente.
  • Oreilles attachées sous la ligne de l’œil, courtes, pas assez plates.

Cou

  • Encolure longue, légère.

Corps

  • Région dorsale trop longue, ligne du dessus molle, creuse.
  • Côtes plates.
  • Flanc levretté. Queue :
  • Trop longue, déviée. Membres antérieurs :
  • Epaule droite.
  • Coudes en dehors.
  • Métacarpes étroits.
  • Pieds affaissés.
  • Doigts écartés, trop longs. Membres postérieurs :
  • Cuisses plates.
  • Jarrets droits, clos ou trop ouverts.

Couleur

  • Mouchetures. Comportement :
  • Sujet craintif.

Defauts entrainant l’exclusion:

  • Chien agressif ou peureux.
  • Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié.
  • Manque de type (l’animal, dans son ensemble, ne ressemble pas suffisamment à ses congénères de la même race).
  • Anomalie anatomique.
  • Tare héréditaire invalidante repérable.
  • Prognathisme supérieur ou inférieur.
  • Oeil très clair.
  • Membres frêles.
  • Couleur autre que celle précisée dans le standard.
  • Mouchetures envahissantes.
  • Hauteur au garrot autre que celle indiquée dans le standard.

N.b.

  • Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
  • Seuls les chiens sains et capables d’accomplir les fonctions pour lesquelles ils ont été sélectionnés, et dont la morphologie est typique de la race, peuvent être utilisés pour la reproduction.