CONFIER SON CHIEN À UNE PENSION PENDANT LES VACANCES

Une démarche à préparer soigneusement

Magazine Pharmanimal N°33 - Juillet/Août 2011
Impossible d’emmener votre chien en vacances avec vous ?
Personne de votre entourage ne peut le garder en votre absence ?
Alors sa mise en pension s’avère incontournable. Pour éviter que cette séparation représente un stress important pour votre animal et pour vous, faites votre choix bien à l’avance et prenez quelques précautions pour éviter les mauvaises surprises.

La demande étant forte en période d’été, il est indispensable de réserver longtemps à l’avance. Prenez cependant le temps d’aller sur place avec votre chien pour vous faire une idée des conditions d’hébergement proposées et comparez les prestations.

Certains établissements rendent d’ailleurs cette visite obligatoire pour les nouveaux clients, afin d’éviter des plaintes ultérieures.

Les critères de choix

En visitant une pension, posez-vous la question de ce qui est essentiel au bien-être de votre chien. Bien sûr les locaux doivent être très propres mais prêtez aussi beaucoup d’attention à la qualité des contacts et aux stimulations dont le chien pourra bénéficier.

Séparé de son maître, votre chien aura besoin d’établir de bonnes relations avec les personnes qui vont s’occuper de lui ainsi qu’avec ses congénères.

Conditions d’hébergement

Un grand box individuel luxueux où le chien passera l’essentiel de son temps n’est pas forcément préférable à un environnement un peu plus rustique mais où il ne sera pas seul. Si son caractère le permet, le fait d’être hébergé avec un autre chien peut compenser le stress de la séparation et prévenir les troubles du comportement qui apparaissent parfois chez les chiens livrés à eux-mêmes.

S’il est logé seul, le chien doit en tout cas pouvoir sentir, voir et entendre les autres chiens, à l’intérieur comme à l’extérieur, tout en pouvant s’éloigner d’un ennemi potentiel si le chien à côté est de type dominant.

les emplacements de couchage et d’alimentation doivent évidemment se situer à l’intérieur mais le chien doit pouvoir avoir libre accès à une courette. Cette aire d’exercice doit être bien drainée, protégée des courants d’air, éclairée par la lumière du jour mais permettre aussi au chien de s’abriter du soleil.

Parcs d’exercice

Il est primordial que le chien puisse sortir régulièrement, même s’il dispose d’une courette attenante à son box. Certaines pensions proposent des promenades en laisse mais ces sorties ne doivent pas exclure la possibilité pour le chien de se détendre en liberté dans un enclos. l’idéal est que le chien puisse sortir au moins 1 à 2 heures par jour. les clôtures des parcs doivent évidemment être sécurisées et une surveillance doit s’exercer en permanence quand les chiens sont lâchés en groupe.

Alimentation

la plupart des pensions proposent le choix entre plusieurs aliments pour s’adapter aux habitudes du chien mais toutes n’acceptent pas le service « à la carte ». Renseignezvous bien sur cet aspect, quitte à faire un changement progressif d’alimentation avant le séjour de votre chien en pension, pour que la transition ne se fasse pas à son arrivée.

Vérifiez aussi le rythme de la distribution des repas : si votre chien mange deux fois par jour à la maison, il n’apprécierait pas de n’avoir plus qu’un seul repas.

Toilettage

Suivant la race de votre chien, il peut avoir besoin d’être brossé et/ou toiletté régulièrement : assurez-vous que ces soins sont prévus et compris dans le prix proposé.

La période d’essai
Avant son entrée en pension, il est recommandé voire exigé que le chien soit vermifugé et traité préventivement contre les parasites externes, puces et tiques. Demandez conseil à votre pharmacien pour établir avec lui le meilleur protocole de traitement antiparasitaire. Quelles que soient les conditions d’hygiène de la pension, un second traitement sera à envisager quand vous le reprendrez, la promiscuité avec d’autres chiens entraînant souvent le risque de contamination par des parasites.

la première fois, évitez de placer votre chien en pension pour une longue période. Un test de quelques jours est une bien meilleure solution pour tout le monde.

• les responsables de la pension mettent à profit ce premier passage pour vérifier que votre chien est sociable, qu’il mange bien et qu’il est capable de supporter la séparation d’avec son propriétaire.

• Pour le chien, c’est un moyen de se familiariser avec les lieux. Si tout se passe bien, le second séjour sera moins stressant pour lui. Un chien qui a déjà l’expérience de la pension interagit plus rapidement avec les autres chiens.

• Enfin, vous vous sentirez rassuré de voir que votre chien s’adapte bien à son nouvel environnement et vous partirez en vacances le coeur moins serré « d’abandonner » votre chien.

Les obligations pratiques

Une pension n’acceptera votre chien que s’il est bien identifié, par tatouage ou puce électronique. Il vous faudra fournir sa carte d’identification.

Santé

Vous aurez à remettre le carnet de santé de votre chien, prouvant qu’il est à jour de ses vaccinations. Selon les pensions, les exigences varient en la matière, d’où la nécessité d’en discuter bien avant de confier votre chien, pour avoir le temps de le faire vacciner si nécessaire. Les vaccins contre la rage, la maladie de Carré, l’hépatite de Rubarth et la parvovirose ne suffisent pas toujours : certains établissements demandent également que le chien soit protégé contre la leptospirose, la piroplasmose ou la toux de chenil.

Votre chien doit évidemment être exempt de maladie potentiellement contagieuse pour être accepté dans une pension. S’il a besoin d’un traitement régulier en cas de problème cardiaque, rénal, cutané (etc.), informez-en le responsable : un supplément peut vous être demandé pour que les soins soient assurés.

Contrat

Pour éviter tout malentendu dès le départ, un contrat écrit doit être signé au moment où vous laissez votre chien en pension. Ce contrat définit clairement vos obligations ainsi que celles de la personne qui va garder votre animal. Parmi les renseignements demandés, doivent figurer au contrat : vos coordonnées complètes, les informations relatives à votre chien (nom, race, couleur, sexe, date de naissance, n° d’identification), les dates d'entrée et de sortie de l'animal ainsi que les tarifs pratiqués. Ces tarifs sont généralement proportionnels à la taille du chien. Des suppléments peuvent être demandés pour couvrir des frais supplémentaires : soins médicaux, alimentation spécifique, surveillance d'une chienne en chaleur… Un acompte d’au moins 20 à 25 % vous sera demandé.

Assurances

Au cas où votre chien ferait une fugue, provoquerait un accident ou serait impliqué dans un cas de morsure, assurez-vous que vous êtes bien assuré. Abordez la question avec le responsable de la pension et le cas échéant, prenez contact avec votre assureur pour mettre la situation au clair.

Une bonne préparation d’un séjour en pension peut éviter bien des désagréments : à la fois sur le plan de la santé et de l’équilibre psychologique de votre animal.

Une fois que vous aurez établi une relation de confiance avec la pension qui accueille votre chien, les choses se feront plus facilement la fois suivante. Un chien n’est pas un objet que l’on dépose et que l’on quitte sans se retourner : il mérite que vous passiez un peu de temps à vous préoccuper de son confort avant de partir profiter de vos vacances !


Avril 2012 Chiens / Comportement
Pascale Pibot pour Pharmanimal N°33 - Juillet/Août 2011