Flatulences canines

Il faut que ça cesse

Magazine Pharmanimal N°38 - Mai/Juin 2012
copyright: © Ermolaev Alexandr - Fotolia.com
On peut sourire d’un pet malodorant occasionnel chez son chien. On met ça sur le compte d’une mauvaise digestion occasionnelle, on aère la pièce ou la voiture et on oublie. Mais quand le phénomène se répète quotidiennement ou presque chez un chien qui vit proche de son propriétaire, cela devient vite une nuisance !

L’émission de gaz par voie rectale est appelée flatulence. Ces gaz proviennent principalement de l’air avalé (aérophagie) et de la fermentation des résidus de la digestion dans le gros intestin. C’est un phénomène normal chez le chien mais dont l’intensité est parfois tellement élevée qu’elle devient difficile à supporter par le propriétaire.

La qualité de l’alimentation joue un rôle central

Plus l’aliment est bien digéré, moins il y a de sous-produits disponibles pour les bactéries dans le gros intestin et plus on diminue l’intensité des fermentations. la haute digestibilité de l’alimentation est donc le premier objectif à viser. Il faut que les protéines contenues dans l’aliment soient d’excellente qualité. les viandes très tendineuses et les restes de plats en sauce sont à bannir.

D’autres aliments peuvent provoquer la production de gaz nauséabonds : soja, pois, haricots... le riz bien cuit est encore la source d’amidon la mieux tolérée par le chien. De même, il faut éviter de donner des oignons, des restes de plats épicés, des choux, du lait ainsi que des fruits à un chien prédisposé à faire des flatulences. l’idéal est que l’aliment associe des fibres fermentescibles (ex : pulpe de betterave, chicorée) et non-fermentescibles (ex : cellulose), pour favoriser un bon équilibre de la flore bactérienne.

Attention au rythme et aux conditions des repas

Pour éviter que le chien n’avale trop d’air en mangeant, il faut qu’il soit le plus calme possible. Divisez sa ration en trois repas par jour, donnez-lui à manger dans un endroit calme et à heures fixes pour qu’il ne s’impatiente pas et surtout laissez-le tranquille pendant qu’il mange ! Environ 30 minutes après le repas, emmenez-le faire une courte promenade pour favoriser l’élimination des gaz.

Si jamais vous devez changer l’alimentation de votre chien, étalez la transition sur une période de 10 à 15 jours, pour laisser son tube digestif s’habituer progressivement à la nouvelle alimentation.

Ne pas hésiter à demander un bilan médical

Lorsque les flatulences s’accompagnent de diarrhées, de constipation ou de vomissements, votre chien souffre peut-être d’un problème digestif. Chez les chiens à face aplatie, comme les bouledogues, une opération chirurgicale destinée à rectifier l’ouverture des narines ou la forme du palais peut parfois permettre de corriger bien des problèmes et surtout améliorer le bien-être du chien. N’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire.

Des suppléments qui peuvent être utiles

Quand le chien va bien, que son alimentation a été adaptée et que les flatulences sont malgré tout encore trop fréquentes, ne vous découragez pas ! Il existe des suppléments qui peuvent améliorer la situation.


• C’est le cas des probiotiques : ce sont le plus souvent des ferments lactiques ou des levures qui améliorent l’équilibre de la flore intestinale. leur ajout régulier à l’aliment peut permettre d’améliorer la digestion. Il faut quelques semaines d’utilisation avant d’observer un effet potentiel.


• Les extraits de yucca, un arbre originaire du Mexique figurent parmi les principes actifs les plus souvent cités pour limiter les flatulences. Des substances extraites du tronc du yucca contribuent à limiter la production de sulfure d’hydrogène et donc l’odeur des gaz expulsés par l’intestin.


• les produits contenant du yucca incluent souvent du charbon activé, un produit bien connu pour capter les gaz ainsi que certaines bactéries dans l’intestin. A l’inverse, il peut favoriser la constipation chez les animaux au transit intestinal naturellement lent.


• Le kaolin et la smectite sont des produits à base d’argile qui sont également recommandables : ce sont des substances poreuses capables d’absorber des bactéries et des sous-produits de la digestion dans le gros intestin. Ces argiles régularisent le transit quand le chien a tendance à avoir des selles trop molles.

Ces « pansements digestifs » sont disponibles en poudre, en gel, en comprimés ou en suspension buvables.


Mars 2014, 3306 lectures Chiens / Conseils
Pascale Pibot pour Pharmanimal N°38 - Mai/Juin 2012

Newsletter Eleveurs-Online

Recevez notre lettre d'information en cliquant sur le bouton

Inscription newsletter