Chercher une race

Glaucome canin

Ne passez pas à côté

L’âge moyen d’apparition d’un glaucome chez le chien est de 7 ans environ mais il peut parfois se manifester beaucoup plus tôt chez les races prédisposées. A la différence de la cataracte, le glaucome n’est donc pas une affection typique du chien âgé mais il représente une des causes les plus fréquentes de cécité canine.
Dans certains cas, un glaucome évolue très brutalement, en quelques heures. Le chien montre qu’il a mal de manière évidente : il est prostré, ne mange plus et il se frotte l’oeil atteint qui larmoie et dont la paupière reste fermée. Chez l’homme, les douleurs liées aux glaucomes sont décrites comme particulièrement intenses. Ce type de crise aiguë est parfois précédé d’une ou de plusieurs crises moins violentes dans les semaines ou les jours qui précèdent. Elles doivent impérativement pousser à consulter le vétérinaire en urgence.

Un glaucome est un problème mécanique : du liquide (l’humeur aqueuse) est en permanence produit dans la partie antérieure de l’oeil et ce liquide doit normalement être drainé au fur et à mesure. Il s’évacue en principe par une petite ouverture qui existe entre l’iris et la cornée. Si la circulation de ce liquide ne se fait pas bien, la pression intraoculaire augmente progressivement. En l’absence de traitement adéquat, la pression peut devenir si élevée qu’elle entraîne des lésions du nerf optique et le chien devient alors aveugle.

« Un oeil bombé et rouge »

Le globe oculaire du chien est beaucoup plus élastique que celui de l’homme. A cause de cette particularité, il est capable de se distendre beaucoup plus si la pression interne de l’oeil augmente. C’est pourquoi les yeux des chiens atteints de glaucome ont un aspect bombé, presque exorbité.

Chez le chien, le diagnostic d’un glaucome se fait souvent trop tard pour pouvoir sauver la vision du chien. Il est donc important de savoir reconnaître des signes oculaires anormaux pour pouvoir intervenir à temps. « l’oeil rouge » est un signe assez précoce qui doit vous alerter : l’ensemble des vaisseaux de l’oeil sont dilatés, à la fois ceux de la conjonctive et ceux qui circulent autour de la cornée. A un stade plus avancé, on distingue nettement les vaisseaux congestionnés qui prennent un aspect tortueux sur le globe oculaire. le regard du chien change : sa pupille est plus dilatée que d’habitude car le muscle commandant l’iris se paralyse. le chien a souvent tendance à fuir la lumière.

Traiter pour relâcher la pression

le traitement, qu'il soit médical ou chirurgical, consiste à réduire la sécrétion de l'humeur aqueuse et/ou à faciliter son évacuation afin de faire diminuer le volume du globe oculaire et surtout sa pression interne. Un glaucome peut provoquer une cécité irréversible sur l’oeil concerné en moins de 48 heures ; à terme, on peut même observer une perforation de la cornée. le traitement doit donc être instauré le plus précocement possible.

Différents types de glaucomes et prédispositions raciales

• L’augmentation de la pression intraoculaire peut être due à un problème anatomique ou physiologique qui entraîne une difficulté de drainage de l’humeur aqueuse. On parle alors de glaucome primaire. Ces glaucomes sont souvent reconnus comme héréditaires avec prédisposition raciale. Le siberian husky est la race la plus prédisposée au glaucome primaire, mais le Viszla et le Terre-Neuve sont également cités.

• Lorsque l’augmentation de la pression intraoculaire est liée à une autre affection oculaire qui perturbe la circulation de l’humeur aqueuse, il s’agit d’un glaucome secondaire ; c’est le cas le plus fréquent chez le chien. Le Caniche vient en tête des races chez qui cette affection est le plus souvent diagnostiquée. Il s’agit alors le plus souvent d’un glaucome secondaire à une luxation du cristallin. Le même phénomène s’observe chez les terriers (Cairn, Jack Russell terrier…) ou les épagneuls bretons. L’affection est souvent bilatérale, avec un décalage dans le temps pour les deux yeux. Des tumeurs, des traumatismes ou des cataractes très avancées peuvent aussi causer un glaucome secondaire.


Si l’humeur aqueuse peut encore être évacuée, un traitement médical peut être suffisant pour régulariser la pression interne. les médicaments visent à réduire la sécrétion de liquide et à favoriser son drainage. Plusieurs collyres différents doivent en principe être administrés bien que des présentations permettent maintenant d’associer plusieurs principes actifs au sein d’un seul collyre. Parlez-en à votre pharmacien. lors de glaucome, la cornée est fragilisée. Pour lui éviter de dégénérer, il est souvent nécessaire de la protéger grâce à des collyres nourrissants. les larmes artificielles viennent aussi parfois compléter le traitement de l’oeil glaucomateux.

Le glaucome pouvant être la conséquence de très nombreuses affections oculaires, une intervention chirurgicale est parfois nécessaire pour résoudre le problème.

C’est le cas en particulier des glaucomes secondaires à une luxation du cristallin (le cristallin étant la lentille transparente présente dans le globe oculaire, qui oriente les faisceaux lumineux vers la rétine).

Conclusion : importance de la prévention

lorsqu’un chien appartient à une race prédisposée aux glaucomes (voir encadré) ou s’il a déjà présenté une crise d’hyperpression oculaire, il faut impérativement prendre des mesures préventives. Au pire, si le chien a perdu la vision d’un oeil, il faut protéger l’autre car il est fréquent que les deux yeux soient atteints successivement, surtout quand il existe une prédisposition héréditaire.


Mars 2014, 3222 lectures Chiens / Santé
Pascale Pibot pour Pharmanimal N°37 - Mars/Avril 2012