Mon chien mange ou lèche n’importe quoi
© Shutterstock

Mon chien mange ou lèche n’importe quoi - Pourquoi fait-il ça ?

Le terme « pica » viendrait du nom latin de la pie, en analogie avec le comportement de cet oiseau qui a tendance à manger un peu n’importe quoi. Cette maladie, qui consiste à avaler des objets non alimentaires de manière compulsive, est connue depuis très longtemps en médecine humaine et vétérinaire. Bovins, volailles, chevaux, chats et chiens peuvent aussi présenter du pica.

Le terme « pica » viendrait du nom latin de la pie, en analogie avec le comportement de cet oiseau qui a tendance à manger un peu n’importe quoi. Cette maladie, qui consiste à avaler des objets non alimentaires de manière compulsive, est connue depuis très longtemps en médecine humaine et vétérinaire. Bovins, volailles, chevaux, chats et chiens peuvent aussi présenter du pica.

On a même donné des noms spécifiques à chacune de ces « manies » : la géophagie quand le patient avale de la terre ou de l’argile, la pagophagie quand il s’agit de glaçons, la lithophagie lors de l’ingestion de cailloux, etc. 
Les chiens peuvent s’attaquer aux mêmes objets ainsi qu’à tout ce qui est à leur portée : vêtements, tissus, papiers, bouteilles en plastique, niches en bois, barreaux ou grillage, gamelles...
Les conséquences sur leur santé sont parfois très graves.

L’ennui ou le stress souvent en cause

L’enfermement dans un lieu où l’animal s’ennuie est très souvent à l’origine du pica. L’animal cherche une activité qui lui permettrait d’évacuer son stress. Cela a été observé aussi bien chez les volailles en élevage industriel, les oiseaux de volière (qui mangent leurs propres plumes), les chevaux en boxes que chez les chiens et les chats en appartement ou cloîtrés dans des courettes où ils sont seuls et dont ils ne sortent pas.

Il n’est pas rare de voir apparaître du pica chez les chiens abandonnés qui viennent d’arriver en refuge, signe évident qu’ils sont en état de stress.

Carence en minéraux ?

Sans qu’on puisse expliquer pourquoi, le désir compulsif de lécher des glaçons ou de manger de la terre (géophagie) est parfois associé à une anémie chez l’homme.

Le même phénomène a été observé chez des chats hébergeant des parasites dans le sang. Le pica serait alors lié à l’épuisement des réserves en fer de l'organisme. On appelle cet état une « carence martiale ».

Au Moyen-Âge, on conseillait d’ailleurs de traiter le pica en faisant consommer du fer trempé dans du vin ! 

Chez les bovins, du pica peut être observé lorsque l’alimentation est trop pauvre en sodium. 

Lorsque les chiens consomment des aliments industriels complets bien équilibrés, les carences nutritionnelles sont cependant peu probables. 

Affection digestive ?

Le pica peut être lié à une inflammation chronique du tube digestif. En avalant n’importe quoi, le chien tenterait alors de calmer la douleur ou peut-être de se faire vomir (l’effet « purge » dont on parle souvent). Le pica est en effet souvent associé à la présence de vers intestinaux (ex : ascaris).

Traitement et prévention du pica

Toutes les hypothèses évoquées ci-dessus doivent être explorées avant de savoir comment améliorer la situation. Vérifiez d’abord la qualité de l’alimentation et administrez un bon vermifuge à votre chien (votre pharmacien peut vous conseiller).

Si le pica continue, une exploration de la fonction digestive par le vétérinaire devra être demandée. Dans l’étude citée auparavant, le pica a été supprimé chez 53 % des chiens ayant été soignés pour leurs troubles digestifs. 

Quand il s’agit d’un trouble du comportement, il n’existe pas de remède miracle. En priorité, il faut évidemment sécuriser l’environnement en évitant de laisser à portée du chien des objets qui peuvent être dangereux s’il les consomme. 

Le problème est que plus on restreint et on fait le vide dans son environnement, plus le chien risque de s’ennuyer et plus il sera tenté de remanger n’importe quoi à la première occasion !

L’idéal consiste à pouvoir passer beaucoup de temps avec son animal et intervenir dès qu’il présente du pica. On doit dévier l’attention du chien quand on le voit s’apprêter à saisir un objet en lui proposant une friandise ou un jouet inoffensif.

Tout ce qui peut l’occuper (promenades, jeux partagés avec des humains ou d’autres chiens) est bénéfique pour lui. Les conseils d’un vétérinaire comportementaliste sont très utiles pour tenter d’améliorer la situation car chaque cas est particulier.

 

 


Même s’il va mieux, un chien qui a manifesté du pica pendant une période donnée sera toujours éventuellement tenté de recommencer : dans son intérêt, votre vigilance ne doit jamais s’éteindre.