Robes du chat

Des tests génétiques pour mieux les « programmer »

Le mode de transmission d’un certain nombre de couleurs et de patrons est connu depuis de nombreuses années dans le monde de l’élevage félin mais cela fait seulement une dizaine d’années que leur déterminisme génétique est connu. Ces progrès ont conduit au développement de tests génétiques qui peuvent aider les éleveurs à planifier les accouplements de leurs reproducteurs.

Les différents tests cités ici aident à connaître les allèles portés par les reproducteurs potentiels, susceptibles d’influencer la robe ou le patron des chatons à naître. Ce sont évidemment les allèles des gènes qui codent des protéines impliquées dans la synthèse des pigments, les mélanines, responsables de la couleur des poils ou de leur répartition. Il existe deux types de pigments : les eumélanines (brunes à noires) et les phaéomélanines (jaunes à rouges).

Quel type d’eumélanine attendre ?
Les allèles B, b et b1 ont été identifiés en 2005. Un test génétique permet de les distinguer.

Le gène (ou locus) B lié à la synthèse d’eumélanines peut être occupé par 3 allèles différents : la couleur noire est déterminée par l’allèle B (black), la couleur marron (ou chocolat) par l’allèle b (brown) et la couleur cannelle (ou cinnamon) par l’allèle b1 (brown light). B est dominant par rapport à b lui-même dominant par rapport à b1.

Quelle sera la répartition entre les eumélanines et les phaéomélanines ?

Chez le chat, ces proportions sont déterminées par trois locus : A (Agouti), E (Extension) et O (Orange).

Un test génétique permet de distinguer les allèles A et a, et donc de savoir si un chat tabby est porteur du gène uni.
Locus Agouti (A)

La présence de poils agoutis permet l’expression du patron tabby chez le chat, qui peut être de quatre types : tiqueté, tigré, classique ou tacheté. L’allèle A, dominant, gouverne la présence de poils agoutis dans le pelage alors que l’allèle a, récessif, entraîne l’absence de poils agoutis. Avec a/a, tous les poils sont uniformément pigmentés, le chat est dit uni.

Locus Extension E

L’allèle E, responsable de la couleur ambre (disparition progressive des eumélanines, donnant une couleur fauve clair), a été identifié en 2009. Il est récessif par rapport à l’allèle E qui permet une production stable d’eumélanines au cours de la vie du chat. La couleur ambre n’est présente, à l’heure actuelle, que chez le chat norvégien.

Un test ADN permet de distinguer les allèles E et e et donc de déterminer si un norvégien non ambre est porteur de l’allèle ambre.

Aucun test n’est en revanche disponible pour le locus Orange (situé sur le chromosome sexuel X) qui gouverne les couleurs rousse, non rousse et écaille de tortue. Il n’existe pas non plus de test pour prévoir l’absence de pigmentation du pelage (chat blanc uni).

La couleur de base peut-elle être diluée ?
Un test génétique permet de savoir si un chat non dilué est porteur de l’allèle de dilution d.

La dilution de la couleur de base est gouvernée par le locus D, qui comporte deux allèles. L’allèle dominant D est l’allèle sauvage (pelage non dilué) tandis que l’allèle d, récessif, entraîne la dilution. Seuls les chats homozygotes d/d ont donc une robe diluée : le noir est dilué en bleu, le chocolat en lilas, le cannelle en faon et le roux en crème. Aucun test génétique n’est encore disponible pour prévoir des modifications du type : shaded et shell (locus Wide-band), smoke et silver (locus Silver) ou encore du locus Dilute-modifier (couleurs caramel et abricot).

Test pour les patrons colourpoint, sépia et mink

Le patron colourpoint, emblématique du chat siamois, est gouverné par un allèle du locus Colour, pour lequel quatre autres allèles ont été décrits chez le chat :

Un test génétique permet de distinguer les allèles C, cs et cs.
Leur ordre de dominance est :
C > cs = cb > c (les allèles cs et cb sont co-dominants).

• L’allèle C, dominant, est l’allèle sauvage.

• L’allèle c, récessif, est responsable de l’albinisme.

• L’allèle cs, récessif, est responsable du patron colourpoint. Les chats homozygotes présentent un contraste important entre les extrémités (oreilles, face, queue, bout des pattes) pigmentés et le reste du corps qui est dépigmenté. Leurs yeux sont d’un bleu intense.

• L’allèle cb, récessif, gouverne le patron sépia. Les chats homozygotes présentent un contraste peu marqué entre les extrémités et le reste du corps. Les yeux sont or à vert. Les chats de génotype cs/cb sont qualifiés de mink et présentent un contraste moyen entre les extrémités et le reste du corps. Leurs yeux sont de couleur « aigue-marine ».

Les chatons Sacré de Birmanie auront-ils des gants ?
Un test génétique est disponible pour la mutation « gants blancs » du Birman aux États-Unis.
(www.vgl.ucdavis.edu).

La présence de gants blancs constitue la caractéristique de certaines races félines comme le Sacré de Birmanie, le Ragdoll ou le Snowshoe. Chez le Sacré de Birmanie, la mutation génétique correspondante a été identifiée très récemment mais non encore publiée. Cette mutation récessive semble spécifique du Sacré de Birmanie et ne permet pas d’expliquer la présence de gants chez le Ragdoll.

Les tests génétiques disponibles peuvent aider à obtenir les chatons de la couleur désirée. Pour les réaliser, il faut passer par son vétérinaire qui vérifiera l’identification du chat, réalisera un frottis buccal et l’enverra au laboratoire. Le certificat génétique établi par le laboratoire ayant effectué le test pourra ensuite servir de garantie lors de la vente d’un chaton ou lors d’échanges de reproducteurs entre éleveurs.


Mai 2014, 70 lectures Chats / Elevage / Génétique
Buena Media Plus pour Eleveurs-Online.com