Contact

  • Votre élevage n'est pas référencé ?
    Cliquez ici
  • Newsletter
    Fermer
    Chercher une race

    L’anxiété du chat

    Elle peut le rendre malade

    Magazine Eleveurs-Online.com
    Un chat anxieux est un chat qui a peur. A ceci près qu’il est difficile d’identifier l’élément responsable de cet état émotionnel. Autre différence : la peur est fugace et s’arrête dès que le danger est écarté alors que l’anxiété persiste dans le temps. Cette permanence est sans doute responsable des perturbations physiologiques et des troubles cliniques que l’on observe chez bon nombre de chats anxieux.

    Si elle persiste, l’anxiété peut faciliter l’apparition de maladies chroniques qui ont pour caractéristique d’évoluer par crises, entrecoupées de périodes de rémission où le chat semble aller mieux.

    Savoir reconnaître un chat anxieux

    Certains signes comportementaux évoquent clairement un état anxieux chez le chat.
    • Le comportement du chat est visiblement agité. Il est toujours sur le qui-vive et a manifestement peur, notamment en présence de personnes étrangères. Le chat est hypersensible au contact : il sursaute, fuit ou réagit de manière agressive.
    • Le comportement de marquage du chat est anormal : griffades importantes, marquage urinaire, marquage facial absent ou au contraire très augmenté.
    • Lorsqu’il est particulièrement anxieux, le chat manifeste régulièrement les réactions suivantes : salivation, tremblements, vomissements, mictions ou diarrhée émotionnelles, sudation des coussinets plantaires… Il consacre beaucoup de temps à des activités de substitution comme la boulimie ou l’automutilation.
    • Si l’état anxieux devient permanent, le chat présente des troubles de l’appétit et du sommeil. Il devient apathique, n’osant plus prendre aucune initiative.

    L’association obésité / anxiété est attribuée à une boulimie considérée comme une activité de substitution, caractéristique d’un état d’anxiété permanente. La consommation de nourriture apaise nerveusement l’animal et une véritable addiction à la nourriture peut s’installer.
    Perturbations physiologiques liées à l’anxiété

    Un état de stress prolongé stimule excessivement le système hormonal. Au final, c’est bien souvent la synthèse de cortisol, un corticoïde naturel, qui est perturbée. Soit le cortisol est sécrété en excès de manière chronique, soit au contraire la sécrétion est inhibée. Chez certains chats, cette inhibition entraîne des douleurs chroniques ou récidivantes. Ce phénomène existe chez l’homme lors de stress post-traumatique, de dépression, etc. De telles modifications ont pu être mises en évidence chez les chats atteints de cystite interstitielle témoignant d’une réponse au stress particulière.

    Les hormones du stress agissent sur le système immunitaire mais certaines études font état d’une activation et d’autres, au contraire, d’une dépression du système immunitaire. En fait, ces contradictions apparentes semblent dues à la nature du stress et à sa durée. Dans un premier temps, le stress stimule d’abord le système immunitaire mais chez un chat anxieux, l’état de stress prolongé a des effets négatifs sur l’immunité, rendant l’organisme plus sensible aux infections.

    Le stress facilite enfin les maladies inflammatoires. C’est ce qu’on observe lors de cystite interstitielle : l’inflammation provoque des lésions de la muqueuse de la vessie, à l’origine de douleurs chez le chat.

    Agir sur les causes de l’anxiété ?
    L’origine des troubles anxieux se trouve fréquemment dans l’environnement. Le repérage d’un facteur de stress, relationnel ou territorial, constitue un élément d’orientation, surtout si celui-ci est contemporain de l’apparition des troubles. Le confinement dans un lieu de vie réduit est un facteur déclenchant majeur de l’anxiété. Le chat s’avère particulièrement sensible à la douleur et au stress consécutifs à une maladie, quelle qu’elle soit. Il arrive donc qu’une maladie soit responsable d’un état anxieux secondaire. Les modifications comportementales qui en résultent peuvent être très invalidantes et un bilan de santé général est donc très utile.
    Les maladies consécutives au stress

    Le « syndrome de Pandore » désigne une association entre des troubles comportementaux et diverses maladies chez le chat. L’association de plusieurs des signes suivants, simultanément ou en différé, est en effet évocatrice d’une origine anxieuse : troubles digestifs chroniques, problèmes urinaires récidivants, perte de poils importante, lésions dues au léchage et/ou au grattage (en particulier sur la tête), surconsommation alimentaire… Chez un chat sujet aux allergies, les facteurs psychiques jouent également un rôle dans le déclenchement des symptômes.

    De plus, les hormones sécrétées au cours du stress, à savoir l’adrénaline et les corticoïdes, ont des effets majeurs sur le métabolisme des glucides et des lipides. Une augmentation chronique de ces hormones peut contribuer à diminuer la sensibilité à l’insuline et entraîner une intolérance au glucose, donc conduire progressivement au diabète.

    Traitement de l’anxiété

    Une intervention thérapeutique d’ordre comportemental est souvent suivie d’une amélioration de l’état du chat. La prise en compte des facteurs comportementaux ou psychologiques apporte un réel bénéfice, que l’état d’anxiété soit primitif ou secondaire.

    Quand les facteurs de déclenchement de l’état anxieux sont impossibles à modifier et que l’anxiété évolue depuis longtemps, il est nécessaire de faire appel au vétérinaire pour tenter d’améliorer l’état du chat.

    Plusieurs traitements peuvent être mis en oeuvre ; l’administration de certains nutriments ou l’utilisation de phéromones peuvent parfois avoir un intérêt.

    Sinon, un traitement psychotrope conventionnel peut permettre au chat de retrouver une certaine aptitude à supporter les contraintes environnementales.

    Dans certains cas, le traitement peut être suspendu et repris à la demande, en prévision des périodes de stress prévisibles.

    Conclusion

    Les relations entre état d’anxiété et maladies sont incontestablement complexes, même si les mécanismes par lesquels le psychisme agit sur le somatique commencent à être mieux connus. Les travaux menés chez les chats atteints de cystite idiopathique nous conduisent à admettre l’existence d’une pathologie psychosomatique chez l’animal. Certains individus présenteraient une réponse au stress anormale, les prédisposant à développer des affections particulières.


    Mars 2014, 6855 lectures Chats / Comportement
    Buena Media Plus pour Eleveurs-Online.com