Singapura - Standard de race
© Shutterstock

Singapura - Standard de race

Standard de race du Singapura - Standards LOOF – version applicable au 1/01/2020

Introduction

Connu pour être la plus petite race de chat, le Singapura est originaire de la ville de Singapour où des chats tiquetés vivent à l’état semi-sauvage depuis une époque fort ancienne. En 1974, Hal et Tommy Meadows, deux éleveurs américains, les remarquent et importent trois sujets aux EtatsUnis. Ces chats, mariés à des Burmese, sont à l’origine de la race Singapura qui fut reconnue en 1984.

Tête

Ronde et plutôt petite, la tête montre, de face, un crâne arrondi prolongé par des pommettes hautes et larges. De profil, le front légèrement bombé est poursuivi par une déclivité concave à la naissance du nez. Ce dernier, assez court, est légèrement bombé.

Museau

De longueur moyenne, le museau est large et délimité par un pinch bien défini. Il ne doit être ni pointu ni étroit. Le menton est ferme et bien développé.

Yeux

Grands et très expressifs, les yeux sont largement ouverts et en forme de noix. Bien espacés l’un de l’autre, c’est-à-dire d’au moins la largeur d’un oeil, ils ne doivent être ni ronds ni proéminents. La couleur préférée est le vert dans toutes ses nuances, à condition qu’elles soient uniformes. Le bleu n’est pas accepté.

Oreilles

Grandes, en alerte et modérément pointues, les oreilles sont en forme de coupe avec une base bien évasée. Cette base ouverte est particulièrement importante dans l’impression générale de grandeur des oreilles. Elles sont espacées de la largeur d’une oreille. L’intérieur des oreilles est bien fourni.

Encolure

Courte, l’encolure est épaisse.

Corps

De format semi-cobby, il a un corps compact avec une cage thoracique bien ouverte et arrondie.

Pattes

Fortes et épaisses à leur naissance, les pattes vont progressivement en s’affinant vers une ossature assez raffinée.

Pieds

Petits, ovales et fermes.

Queue

Idéalement assez longue pour atteindre l’omoplate, la queue, légèrement épaisse à la base s’effile jusqu’à une extrémité arrondie.

Robe et texture

Fine, soyeuse et sans sous-poil, la fourrure est bien couchée sur le corps. Courte, elle doit cependant avoir une longueur suffisante pour que chaque poil présente plusieurs bandes alternées, claires et foncées, appelées ticking. Elle est plus longue sur la colonne vertébrale. Les chatons peuvent avoir une fourrure plus longue et plus laineuse que les adultes.

Couleur et motif

Le fond de robe est de couleur vieil ivoire. Le ticking, les marques de maquillage, les coussinets, et l’extrémité de la queue sont brun foncé ou noirs. La truffe, de couleur brique, est bordée d’un liseré brun foncé ou noir.

Le motif est génétiquement ticked tabby sepia, c’est-à-dire que chaque poil présente une alternance d’au moins quatre bandes ivoire et brun foncé ou noir, sauf sur les pâtons, la gorge, la poitrine, le ventre, l’intérieur des pattes et le dessous de la queue qui ne sont pas tiquetés. Le ticking est plus prononcé sur l’épine dorsale et la queue. La base du poil est toujours claire et l’extrémité foncée. La face interne des antérieurs et la face externe des jarrets doivent présenter des marques tabby. La tête porte les motifs typiques des chats tabby : M inversé sur le front, légères marques de maquillage autour des yeux et sur les joues.

Tolérances

  • Toutes les nuances de couleur des yeux allant de jaune à noisette sont tolérées.

Pénalités

  • Oreilles petites et/ou étroites.
  • Yeux petits ou exorbités.
  • Museau pointu ou très court.
  • Stop.
  • Robe pelucheuse ou élastique.
  • Tonalités grises, trop froides ou trop chaudes.
  • Barres foncées à l’extérieur des pattes avant.

Refus de tout titre

  • Profil droit.
  • Médaillon ou taches blanches.
  • Collier fermé.
  • Bracelets circulaires aux pattes.
  • Barres sur la queue.
  • Yeux bleus ou aigue-marine.
  • Manque de maquillage.
  • Absence totale de ticking (chat de couleur solide).

Disqualification

Fautes et défauts généraux éliminatoires en exposition.